le CDC charge les neurologues de surveiller les maladies nerveuses suite au vaccin

Publié le par DoC

La CDC a suivi à la lettre les services de Santé britanniques en avertissant les neurologues de surveiller les cas de maladies nerveuses du Syndrome de Guillain-Barre provoqué par le vaccin de la grippe porcine.

Des médecins britanniques se sont vus recommander le mois dernier par le gouvernement de suivre attentivement les cas de la maladie et de rapporter chaque cas à l'Agence pour la Protection de la Santé. Une lettre envoyée par 600 neurologues montre que « il y a une préoccupation aux plus hauts niveaux sur le fait que le vaccin lui-même pourrait causer de sérieuses complications, » selon un rapport du Daily Mail.

Pendant la grippe porcine de 1976 aux États-Unis, qui a incité le gouvernement à ordonner un programme de vaccination de masse pour couvrir la population entière, le vaccin a causé plus de décès que le virus réel, provocant un conflit public qui a alors coûté au directeur du CDC son poste.

Des soucis semblables concernant le vaccin se répètent maintenant 30 ans plus tard.

« Le Centre de Contrôle et de la Prévention des Maladies (CDC) des États-Unis et l'Académie de Neurologie Américaine ont demandé à tous les neurologues de rapporter  au FDA les nouveaux cas de Guillain-Barre chez les personnes qui ont pris le vaccin, » rapporte l'Oregonian.

Le Syndrome de Guillain-Barre peut occasionner des paralysies et des difficultés de respiration et est parfois mortel. Il produit également une sensation de tintement et affaiblit les membres.

Le vaccin de la grippe porcine a été précipité dans les procédures de validation alors que les gouvernements ont fourni aux entreprises pharmaceutiques l'immunité les protégeant en cas de procès dû au vaccin.

Il a été precedemment révélé que certains lots du vaccin contiendront du mercure, une toxine liée à l'autisme et à des désordres neurologiques. Le vaccin contiendra également le dangereux squalène, qui a été directement lié avec les cas de Syndrome de la Guerre du Golfe et d'une foule d'autres maladies débilitantes.

Plusieurs sondages ont indiqué qu’un nombre important de professionnels de la santé partout dans le monde refuseront de prendre le vaccin de la grippe porcine en dépit du plan du gouvernement pour mettre en place un programme de vaccination de masse. Un nouveau sondage publié hier a constaté qu’à peine 6% des femmes enceintes prendront «à coup sûr» le vaccin, en raison de son manque de fiabilité.
(Source)

Commenter cet article