Le dollar dégringole après les nouvelles de sa cession

Publié le par DoC

Le prix de l'or augmentent sur les marchés mondiaux à cause des craintes que l’ancien ordre économique, basé sur la suprématie du dollar US, pourrait s’effondrer.  
 
 Une nouvelle alerte a poussé le coût du précieux métal à un niveau jamais vu auparavant. Le dollar a brusquement chuté après l’article d’hier dans The Independant, que les Etats Arabes du Golfe prévoient secrètement de cesser de commercer le pétrole en dollars, et un haut fonctionnaire de l'ONU a déclaré que les Etats-Unis devraient être déposés de leur position comme principale source de réserves de devise pour les autres pays.  
 
 Les developpements viennent sur la spéculation que l'administration Obama opère une politique de négligence mineure du dollar, machinant une dévaluation qui pourrait aider à réparer certains des dommages économiques provoqués par la récession.  
 
 Ce n’est pas seulement à cause de l'effondrement du système de Bretton Woods en 1971, que l’or est considéré comme l'équivalent d’une devise mondiale, mais The Independant rapporte aussi, qu’il pourrait faire partie d'un panier de devises qui seraient utilisées pour le commerce du pétrole d’ici la fin de la prochaine décennie.  
 
 Aram Shishmanian, directeur exécutif du World Gold Council, a indiqué : « L'instabilité financière et économique des 18 derniers mois, a ramené, d’un certain point de vue, l’or à son rôle historique et, continue à augmenter sa proéminence auprès des conseillers politiques, des banques centrales, et des investisseurs à travers le monde.  
 
 De par le monde, les investisseurs s’intéressent à l'or comme alternative au dollar et aux autres actifs Américains, craignant que la devise américaine ne soit inexorablement dirigée à la baisse.  
 
 L'index du dollar - qui mesure la force du billet vert par rapport aux autres devises – a chuté hier de 0,7% et le dollar était inférieur à toutes les principales devises, excepté la Livre Britannique.  
 
 La dette du gouvernement Américain - qui s’élève à $11860  milliards (£7450 milliards) après que les recettes fiscales se soient effondrées avec la récession et, que le Trésor ait dépensé des milliards pour tirer vers le haut le système bancaire - sera plus facile à rembourser si la valeur du dollar était moindre. Les économistes ont noté que les Etats-Unis ont résisté à la pression de faire la promesse de protéger la stabilité des devises mondiales dans un communiqué du FMI le week-end passé, suscitant la préoccupation croissante que l'administration Obama pourrait se satisfaire de voir le dollar chuter. Ce qui rendrait les exportations Américaines plus concurrentielles et pourrait susciter un renouveau des emplois manufacturiers.
 
 Les autres gouvernements du monde dépendent de la position US, car ils détiennent des milliers de milliards de dollars de réserves servant à les protéger contre la crise financière. Ils voient la valeur de ses réserves décliner, mais commencent à permuter ces réserves pour l'or ou pour d'autres devises, ce qui pourrait inonder les marchés mondiaux avec des dollars dont personne ne veut, et rendre la valeur du billet vert encore plus bas qu’elle ne l’est déjà. La situation est particulièrement sensible pour les nations productrices de pétrole, qui sont payées en dollars pour leurs exportations et qui détiennent, par conséquent, des réserves élevées en dollar.
 
 Les pays Arabes du Golfe ont commencé à s’organiser - avec la Chine, la Russie, le Japon et la France - pour se séparer du dollar dans le commerce du pétrole, pour un panier de devises comprenant le Yen Japonais, le Yuan Chinois, l'Euro, l’Or et une nouvelle devise prévue pour les nations du Conseil de Coopération du Golfe, qui inclut l'Arabie Saoudite, Abu Dhabi, le Koweït et le Qatar.  
 
 Des réunions secrètes ont déjà été  tenues par les Ministres des Finances et les gouverneurs des Banques Centrales en Russie, en Chine, au Japon et au Brésil, pour travailler sur l'accord, qui signifiera que le pétrole n'aura plus de prix indiqué en dollars. La révélation a suscité les démentis publics hier. Le gouverneur de la Banque Centrale Saoudien, Muhammad Al-Jasser, a dit : « Le futur est entre les mains de Dieu. Aujourd'hui, les conditions sont bonnes pour l'arrangement que nous avons. » Le Ministre des Finances Japonais, Hirohisa Fujii, a déclaré qu'il « ne sait rien à ce sujet ».  
 
 Dennis Gartman, le gourou des investissements Américains a écrit dans le quotidien Gartman Lettre, disant que personne ne doit être étonné d'entendre des démentis. « Nous sommes certains que les porte-paroles de chaque nation chercheront à nier que de telles réunions se sont produites, proclameront qu'aucune décision de la sorte n'a été prise, qu’il n’est dans l’intérêt de personne de tenir de telles réunions ou de prendre de telles décisions, » a-t-il dit à des clients étant donné que l'histoire du Independant a fait grand bruit. « Les marchés paniqueront et pas qu’un peu.
»  
 
 Simon Johnson, ancien chef économiste au FMI, a dit que les pays impliqués calculeront qu'il n'est pas dans leurs intérêts de conduire le dollar vers le bas, en érodant sa position en tant que devise pour le commerce international des biens et comme monnaie de réserve pour les banques centrales.
 
 
 « Ce serait seulement une grande nouvelle pour les USA. Les Etats-Unis souhaitent un peu de dévaluation, quoiqu'ils ne veulent pas le montrer, » a-t-il dit. « Leurs discours pour une politique du dollar fort ne sont que des paroles en l’air, mais si quelqu'un d'autre sert de technicien à la dévaluation, ce serait un heureux événement pour les USA. »
(Source)

Commenter cet article