Le Grand Rabbin de l’armée : Les troupes qui montrent de la clémence envers l’ennemi seront « damnées »

Publié le par DoC

Le Grand Rabbin de l’IDF a dit aux étudiants d’un programme de préparation militaire d’une yeshiva la semaine dernière que les soldats qui « montrent de la clémence » envers l’ennemi en temps de guerre seront « damnés ».

Le Brig. Gen. Avichai Rontzki a aussi dit aux étudiants de la yeshiva que les religieux font de meilleures troupes de combat.

Parlant jeudi à la yeshiva Hesder de la colonie Karnei Shomron en Cisjordanie, Rontzki s’est référé à la discussion de Maimonides sur les lois de la guerre. Ce texte cite un passage du livre de Jérémie disant : « Maudit soit celui qui fait avec négligence l’œuvre de l’Éternel, maudit soit celui qui éloigne son épée du carnage ! »

Dans la bouche de Rontski, « En temps de guerre, quiconque ne combat pas de tout son cœur et âme est damné - s’il éloigne son épée du carnage, s’il fait preuve de clémence envers son ennemi quand il ne faut montrer aucune merci ».

Les remarques de Rontski ont eu cours dans une cérémonie célébrant le nouveau rouleau de la Torah de l’école. Le service commémorait Yosef Fink, un des deux étudiants de yeshiva kidnappés par le Hezbollah en 1986.

Leurs corps furent rendus dix ans plus tard lors d’un échange de prisonniers.

Rontzki s’est aussi référé spécifiquement à la conduite de l’armée israélienne pendant l’opération Plomb Fondu à Gaza. « A propos de tout ce que nous avons entendu dans les media dernièrement, remerciez Dieu que le peuple d’Israël se soit uni récemment sur la compréhension simple de la façon dont il doit combattre. Une des innovations majeures de cette offensive fut la conduite de la guerre - pas comme une sorte de mission ou de détention ».

« Nous nous souvenons tous du début de la guerre, avec une grande attaque de 80 avions bombardant différents lieux, puis l’artillerie, les mortiers et les tirs de tanks et tout cela, comme à la guerre », a-t-il dit. « Chacun a combattu de tout son cœur et âme, et bien sûr il y a de la bravoure, mais aussi un combat avec toutes les ressources qu’on a - combattre comme si on décidait réellement de la mission ».

Rontzki s’est aussi référé aux qualités du soldat combattant idéal.

« Dans les guerres d’Israël, les guerriers sont des craignant-Dieu, des personnes justes, des gens qui n’ont pas de péchés sur leurs mains », dit-il. « On doit combattre avec une compréhension de ce pour quoi on combat ».
(Source)

Commenter cet article