Sionisme

Le sionisme est une idéologie politique nationaliste prônant l'existence d'un centre spirituel, territorial ou étatique peuplé par les juifs, en général à l'intérieur des limites de la Palestine.
Sur un plan idéologique et institutionnel, le sionisme entend œuvrer à redonner aux Juifs un statut perdu depuis l'Antiquité, à savoir celui d'un peuple regroupé au sein d'un même État.

Le mouvement sioniste est né à la fin du XIXe siècle, parmi les communautés ashkénazes d'Europe centrale et orientale sous la pression des pogroms, mais aussi en Europe occidentale, à la suite du choc causé par l'affaire Dreyfus – qui compte parmi les motifs du lancement du Congrès sioniste par Theodor Herzl.
Bien qu'ayant des caractères spécifiques du fait de la dispersion des Juifs, cette idéologie est contemporaine de l'affirmation d'autres nationalismes en Europe.

La résolution 3379 de l'Assemblée générale de l'ONU (10 novembre 1975) : Décrète que le sionisme est une forme de racisme et de discrimination raciale.
La résolution du 16 décembre 1991 déclare nulle la conclusion de la résolution de 1975.

Le sionisme doit son nom au mont Sion, colline sur laquelle fut bâtie Jérusalem


Après sa création, Israël va affronter plusieurs guerres ou conflits frontaliers :

Une importante série d'attaques frontalières palestiniennes (parfois mais pas toujours encouragées par les États arabes frontaliers) entre 1950 et 1956, qui feront des centaines de morts de part et d'autre, et entraineront des ripostes israéliennes (voir Unité 101). Ces attaques baissent spectaculairement après la guerre du Sinaï de 1956.

-La guerre du Sinaï de 1956, déclenchée par Israël contre l'Égypte pour mettre fin aux attaques frontalières, au blocus contre le port Israélien d'Eilat et au développement rapide de l'armée, que l'Égypte affirmait vouloir utiliser pour détruire Israël. L'action israélienne se conjugue avec les attaques britanniques (le Royaume-Uni est hostile à la nationalisation du canal de Suez) et françaises (la France reproche à l'Égypte son soutien au FLN algérien).

-Entre 1965 et 1967, le Fatah, puis les autres organisations armées palestiniennes résistantes, lancent à partir de la Cisjordanie Jordanienne des attaques frontalières contre Israël, provoquant des représailles israéliennes. L'objectif est la création d'un État arabe ou palestinien[10] en lieu et place d'Israël.

-La guerre des Six Jours de 1967, déclenchée par Israël contre l'Égypte et la Syrie, pour répondre à des concentrations de troupes à la frontière. La Jordanie attaque alors Israël et est vaincue. La guerre des Six Jours entraîne l'occupation de la Cisjordanie y compris Jérusalem-Est, de la bande de Gaza, de la péninsule du Sinaï et du plateau du Golan.

Du début 1969 à août 1970, l'Égypte mène le long du canal de Suez une « guerre d'usure » contre les troupes israéliennes dans le Sinaï.

-La guerre du Kippour de 1973, déclenchée par l’Égypte et la Syrie pour récupérer leurs territoires occupés en 1967

-De 1975 à 1982, les organisations palestiniennes utilisent le sud du Liban (« Fatahland ») pour lancer des attaques contre Israël par le biais de commandos ou d'attaques d'artilleries. Voir l'article général Guerre du Liban.

-La guerre du Liban de 1982, déclenchée par Israël pour détruire les bases palestiniennes du Liban.

-La guerre menée contre l'occupation israélienne du Liban entre 1982 et 1985 par des organisations palestiniennes et surtout libanaise, généralement soutenues par la Syrie et l'Iran. L'organisation la plus remarquée de la période (mais pas la seule) est le Hezbollah, organisation à large dominante chiite.

-La guerre menée par le Hezbollah contre la présence militaire qu'Israël maintien au sud-Liban de 1985 à 2000, et contre l'Armée du Liban-Sud, milice libanaise alliée d'Israël. Malgré le maintien d'une contestation sur une zone de 6 km2, dite des fermes de Chebaa, les attaques du Hezbollah diminuent fortement entre 2000 et 2006.

-Le conflit avec les organisations palestiniennes de Cisjordanie et de la bande de Gaza à partir du début des années 1990. À l'origine, les organisations concernées sont essentiellement le Hamas et le Jihad islamique, puis à partir de la fin 2000 (seconde intifada), les branches armées des autres mouvements nationalistes palestiniens (en particulier les Brigades des martyrs d'Al-Aqsa).

-Le conflit israélo-libanais de 2006, qui opposa l'armée israélienne aux combattants du Hezbollah.

-La guerre menée contre le Hamas dans la bande de Gaza fin 2008 et début 2009. Durant cette offensive, plus de 1400 personnes dont plus de 300 enfants trouveront la mort côté palestinien et dix soldats et trois civils tués, côté israélien.


L'antisionisme des juifs assimilationistes ou intégrationistes :

Bon nombre de juifs très intégrés à leurs sociétés d'origine ont refusé le sionisme, avec des attitudes allant de l'indifférence à l'hostilité.
La priorité était donnée à une meilleure intégration dans les pays de résidence, pas à un départ de ces pays.
Il peut s'agir d'un rejet très structuré, au nom du nationalisme du pays de résidence, ou d'une simple méfiance.
Ce courant antisioniste a surtout été actif à la fin du XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle.
L'attitude est devenue beaucoup plus favorable au sionisme depuis la création d'Israël en 1948.
Bien que ce courant soit devenu tout à fait marginal, ses pays d'origines (surtout occidentaux) génèrent toujours une émigration limitée vers Israël. L'adhésion progressive à l'idée sioniste des communautés bien intégrées, qui étaient à l'origine assez réticentes, s'est donc faite plus dans le domaine des idées que de l'aliyah concrète (la « montée » en Israël).

Plus récemment, des mouvements d'opposition au sionisme politique et à la politique de l'État d'Israël se sont organisés au sein de la communauté juive internationale. Ainsi, l'Union juive internationale pour la paix est une association laïque, marquée à gauche, qui s'oppose l'occupation des territoires palestiniens mais défend l'existence de l'État d'Israël dans les limites des frontières de 1949/1967. A ce titre, cette organisation qui fédère un certain nombre d'associations nationales comme l'Union juive française pour la paix ou multinationales comme les Juifs européens pour une paix juste ne se revendique pas comme « antisioniste » même si c'est la position affirmée de certains de ses membres.

Parmi les intellectuels juifs, on retrouve un certain nombre d'opposants au sionisme. Ainsi le philosophe et résistant Edgar Morin s'est vu soupçonné d'antisémitisme pour avoir critiqué violemment la politique israélienne.


Les dangers du talmud :
Erubin 21b : "Quiconque désobéit aux rabbins mérite la mort et brûlera en enfer dans des excréments bouillants.
Talmud, Zohar II, 43a : "L’extermination des Non-juifs est un sacrifice agréable à dieu."
Talmud, Zohar I, 25a : "Les Non-juifs doivent être exterminés car ce sont des idolâtres."
Talmud, Zohar I, 28b, 39a : "Les meilleures places dans les Cieux sont pour ceux qui tuent les idolâtres."
Talmud, Zohar II, 64b :"Le taux de naissance des Non-juifs doit être diminué matériellement. "
Talmud, Choschen Ham 26,1 :"Un juif ne doit pas être poursuivi devant un tribunal Non-juif, par un juge non-juif, ou par des lois non-juives."

Talmud, Kallah 1b, 18 :
"Le juif peut se parjurer la conscience claire."
Talmud, Choschen Ham 386, 10 :"Celui qui voudrait avouer les secrets d’Israël aux Non-juifs, doit être tué avant même qu’il ne leur dise quoi que ce soit."
Talmud, Moed Kattan 17a : "Si un juif est tenté par le mal, il doit se rendre dans une ville ou on  ne le connaît pas et la il peut s’adonner au mal."
Sanhedrin 55b : " Un Juif peut marier une fillette de trois ans et un jour. "
Sanhedrin 54b: "Un Juif peut avoir du sexe avec un enfant à condition que l’enfant ait  neuf ans."
Baba Mezia 114a-114b.
"Seuls les juifs sont des hommes."
Rosh Hashanah 17a . "Ceux qui rejettent le Talmud iront en enfer et seront punis pour des générations à venir."
Talmud, Iore Dea 154, 2 : " Il est interdit d'enseigner un métier à un Non-juif."


       Articles : Palestine : "On pille les organes de nos fils"
Israël s'impatiente pour effectuer une frappe en Iran
Les troupes israéliennes « kidnappent » des Palestiniens pour leurs organes 
Des colons sionistes envahissent la mosquée sainte d'al-Aqsa 
Souffrance de Gaza 
Israël: l'Europe a "entendu" une explosion 

      






Vidéo : 
Le Judaisme juge le sionisme 
                      témoignage le sionisme et ses crime 1sur2
                      témoignage le sionisme et ses crime 2sur2
                      Alex jones évoque israel et ses exactions 
             Manifestation contre les crimes de guerre d'israel 
                      israel des preuvees de crimes de guerre  
                      Gaza  l'évidence de crimes de guerre
                      LLP Masacre a Gaza  
                      Débat juif vs sioniste
                      Ouvrez les yeux Illuminati Sioniste 1sur2